Processus de transformation performative

Notre objectif est de conduire les milieux obsolètes, ou délaissés vers de nouveaux horizons durables. Pour cela, nous proposons une amorce performative afin d’accompagner les lieux vers une pérennisation. Cette amorce, c’est notre hypothèse théorique traduite en méthodologie d’action. Il s’agit d’un projet expérimental en soi, qui préfigure un projet de pérennisation de la transformation. Cette amorce performative, c’est une méthode de conception, de programmation et de réalisation qui passe par une immersion au cœur du milieu à l’étude. Cette amorce nous permet de construire la possibilité d’une réversibilité, d’une adaptabilité du projet pérenne qui en découlera. C’est une phase de test qui concrétise des possibles, des pistes de réflexions. Par ce procédé expérimental, nous pourrons revenir amorcer de nouvelles adaptations du lieu tout au long de son évolution, afin qu’il puisse toujours être réinventé, réadapté, transformé à nouveau, de manière pertinente.  L’amorce performative, c’est au fond un processus qui vise à lutter durablement contre l’abandon de nos productions architecturales, urbaines et paysagères.

Amorce performative

Voici en détail la composition d’une amorce performative. Ce projet d’amorce se compose de cinq grandes phases par lesquelles il nous faut passer pour atteindre la pérennisation du site. Chaque phase nous permet d’arriver à la phase d’expertise. Cette expertise, c’est notre contrat, notre mission de base, commune à tous nos projets. Cette expertise ouvre sur deux alternatives de pérennisation possible :

– Pérennisation du projet par P.E.R.F.O.R.M! (maîtrise d’œuvre)
– Ouverture sur un concours à partir de l’expertise performative. (guide de la pérennisation)

Pour voir la composition des cinq grandes phases, rendez-vous à la page Rouages !

1. Expertise performative

La finalité de notre action, c’est l’élaboration de l’expertise performative. Il s’agit d’une mission de « programmaction-conception-réalisation », ou autrement dit d’un diagnostic actif, a mi-chemin entre la programmation par l’action, la conception et la réalisation. Cette expertise des lieux et de ses potentiels d’adaptabilités est le résultat de toutes les expérimentations menées de manière immersive sur les lieux. Elle préfigure un projet pérenne, et synthétise les enjeux du projet, l’étendue des possibles, notamment d’un point de vue programmatique. Cependant, nous faisons l’hypothèse de la pertinence de cette expertise, puisque les résultats qu’elle présente ont déjà été testés au cours du processus expérimental qui l’a précédée. Les résultats auront aussi fait l’objet d’une étude et d’une mise en réflexivité par différents experts scientifiques.

Cette mission que nous nous donnons est une alternative aux missions d’AMO (Assistance à Maitrise d’Ouvrage) pour la programmation. Cette mission « performative » s’inscrit dans la durée contrairement aux missions de programmation « classiques », mais garantit une pertinence du projet de transformation. Cela découle du fait qu’elle n’est plus dissociée du projet de conception et qu’elle émerge d’une réelle connaissance du site et de ses enjeux propres. De plus, cette expertise par l’action possède un impact réel et immédiat, à la fois économique et social, sur les lieux et ses environs. En effet, le diagnostic produit déjà des usages sur les lieux et contribue ainsi à relancer l’économie locale sur un site autrefois obsolète et inerte. Son objectif est également de fédérer des acteurs autour du projet de transformation et d’entraîner un engouement collectif et des volontés en faveur de la régénération. Cela pourrait éviter les différents litiges ou recours qui peuvent mettre des obstacles au projet, lors de certains parcours « classiques ».

L’expertise performative est alors une alternative aux concours d’idées qui restent sur le papier, pour diverses raisons, notamment budgétaires, entraînant parfois une dégradation irrévocable des milieux convoités (en conséquence des longues périodes de prises décisionnelles). En effet, elle permet d’éviter de laisser les lieux en « vacances » prolongées, dans l’attente d’une décision politique et économique qui n’arrive parfois jamais. Cette réalité actuelle nous semble être un non-sens au vu de la demande et du potentiel bafoué de ces lieux délaissés.

L’expertise performative est aussi une alternative, ou plutôt un dépassement de l’urbanisme transitoire tel qu’on le connait aujourd’hui. Précurseur de l’urbanisme temporaire 2.0,  notre approche ne se résume plus à une simple occupation temporaire permettant d' »animer » le lieu, mais a pour but de produire le diagnostic actif qui projettera le lieu en dehors de son obsolescence. Nous souhaitons dépasser les baux d’occupations précaires et contribuer à sortir les pratiques d’occupation de leur marginalité. Il est vrai qu’aujourd’hui, l’occupation temporaire, se retrouve parfois tirée de sa marginalité pour tomber dans une récupération institutionnelle intéressée. En effet, l’engouement autour des actions d’animation des lieux vacants, se retrouve, dans certains cas, instrumentalisé au profit d’un projet « parachute » souvent non désiré. Le problème, c’est que ces projets impliquent souvent des destructions majeures et irréversibles du patrimoine au profit de nouvelles constructions programmatiquement controversé. Notre engagement est d’élever ces pratiques « préfiguratrices » et de les inscrire au commencement du processus de fabrication des projets. Ces pratiques peuvent également être intégrées à des processus de projet en cours, dans le but de réorienter les pistes de réflexions, modifiant potentiellement les directions projectuelles. Ainsi, le processus performatif deviendrait un véritable moteur expérimental du projet de transformation.

Toute cette connaissance acquise et ces transformations expérimentales qui composent l’expertise performative (AMO 2.0) sont le socle de la pérennisation du projet.

Nous proposons deux issues possibles à la suite de cette expertise :

 

 





2a. Pérennisation par P.E.R.F.O.R.M!

Dans le cas d’un milieu obsolète de petite échelle, d’une transformation à petit budget, ou bien d’une entente avec le privé pour prolonger durablement l’aventure performative, P.E.R.F.O.R.M!  s’engagera à pérenniser directement, avec l’aide de ses partenaires, la régénération du site. Autrement dit, l’équipe responsable de l’expertise performative pourra également prendre en charge la maîtrise d’œuvre du projet et poursuivre la cohérence du processus à son paroxysme. Recherche, actions, programmation, conception et réalisation deviennent alors liées et s’enrichissent mutuellement tout au long du projet.


2b. Ouverture sur un concours et accompagnement performatif du projet

Dans le cas d’un site de grande envergure, dont nous ne pourrions pas gérer la maîtrise d’œuvre, la suite logique serait d’ouvrir un concours à partir de la connaissance synthétisée dans l’expertise performative. Notre travail permettrait alors de garantir une pertinence de la transformation. De plus, nous proposons d’accompagner la maîtrise d’œuvre lauréate dans tout le processus de fabrication du projet, afin de préserver une cohérence et une bonne orientation à la régénération du site (continuité d’une activité économique et sociale en habitant la transformation, accompagnement du chantier, questionnement autour du programme acté, mise en lumière de sa réversibilité…).

Contact

Pour établir des collaborations
Pour proposer un site à l’étude

 

P.E.R.F.O.R.M!

81 rue Léon Frot 75011 Paris, France
+33 1 84 25 11 87
contact@perform-the-city.org

Rejoignez-nous !

Devenez membres libres ou partenaires
et participez à nos prochaines expérimentations !
Le laboratoire itinérant est ouvert à toutes disciplines
pour construire de nouvelles visions des milieux obsolètes.