Résumé

Performeur

Dimitri Szuter

Année

2015

Lieu

Usines Necchi, Pavia, ITALIE

Durée

1 semaine d'immersion

Contexte

Diplôme d'architecte diplômé d'état
Mémoire recherche sur la transformation performative

Architecte en résidence

Lieu du projet :

Usines Necchi, Pavia, Italie.

 —

Immense complexe industriel à l’abandon, le site des anciennes usines Necchi abritait autrefois une usine de machine à coudre, délocalisée depuis plus de 50 ans à Rome. La ville rayonnait alors en capitale régionale à l’aire industrielle, ce qui a profondément marqué son paysage urbain. Les usines Necchi ont employé une large partie des habitants à cette époque, ce qui en fait un héritage indéniable pour la ville. De nos jours, les petits enfants des ouvriers de l’usine se trouvent à l’université, non loin du lieu de production où travaillaient leurs grands-parents, passant quotidiennement à côté d’une partie de leur histoire. Les friches monumentales qui en résultent aujourd’hui se révèlent être des enjeux capitaux pour la régénération de la ville, occupant une position centrale dans l’urbanisme de Pavie depuis son extension. Malgré tous les faits nourrissant le fantasme de leur régénération, les usines se trouvent toujours plongées dans l’obsolescence depuis plusieurs décennies. La résistance de cette incroyable usine diminue d’année en année malgré l’immense potentiel qu’elle dégage.

Nous avons souhaité reconnecter les habitants à ce lieu à fort potentiel en modifiant la perception qu’ils portent à son égard, en vue de cristalliser un socle de projet, avant qu’il ne soit trop tard…

 —

 Histoire de l’expérimentation

De la danse au projet, histoire d’une transformation performative.

 —

Cette expérimentation nait du projet de diplôme d’état d’architecte « mention recherche » de Dimitri Szuter. C’est là que le processus performatif a été expérimenté pour la première fois. C’est à partir de cette expérience « théorisée », dans le but de répondre à un diplôme « mention recherche » que la nécessité de poursuivre les recherches sur les processus performatifs est apparue évidente. Ce projet est donc à l’origine de la thèse sur la transformation performative financée par le Ministère de la Culture, mais aussi à l’origine de P.E.R.F.O.R.M!

Ces premières expérimentations intensives ont eu lieu lors d’une résidence « transgressive » d’une semaine complète sur place. Seul, en plein cœur des usines désaffectées à Pavie et utilisant son corps actif dans une exploration chorégraphique in situ, l’enjeu était de réactiver les lieux et de dégager des imaginaires de transformations. Par l’action du corps habitant, il s’agissait de se projeter dans les dédales industriels, explorant les potentialités spatiales et les intuitions d’usages. La finalité était de faire émerger des intuitions, des potentialités pour révéler la dimension d’adaptabilité des usines. Projetant les imaginaires dégagés dans le « carnet des projections » sous forme de « narrations graphiques », mais aussi en accumulant bout à bout ces expérimentations chorégraphiques dans un montage vidéo retranscrivant la résidence de manière « transmissible », le potentiel « adaptable » et les « prédispositions » du lieu sont apparus. Tout ce corpus d’expériences, analysé de manière réflexive post-expérience (expertise performative*) lui avait permis de dégager les concepts forts du projet et de se lancer dans la transformation concrète des usines (en vue de correspondre à un projet soutenable pour le format d’un diplôme).

Le processus de transformation a été exposé à Pavie, aux architectes de l’ordre et aux habitants, lors d’une conférence sur l’avenir des friches urbaines de la ville. Le processus a suscité un vif engouement pour la démarche et son résultat, ce qui a entrainé la poursuite de la réflexion autour du processus performatif sous la forme d’une thèse. Nous souhaitons pousser notre action à Necchi pour tenter d’amorcer un projet de régénération durable.

 —

«Dans cette démarche, je tends à être pluridisciplinaire, parfois danseur, puis artiste, dessinateur ou simplement observateur. Architecte sans doute, peut-être un peu paysagiste aussi, mais cela n’a peu d’importance, au fond, je suis transformateur.»

Dimitri

* www.architecte-en-residence.szuter.fr (vidéo version longue)
* memoire-recherche.szuter.fr (réflexivité sur le processus)